Immobilier
Décryptage

Focus sur le marché normand

par La rédaction - le 22/12/2020

Le marché immobilier de Normandie est dynamique. La crise sanitaire a renforcé l’attrait des investisseurs pour ces biens. L’offre en augmentation dynamise les prix à la hausse.

La crise de la covid-19 et le développement de nouvelles habitudes de travail ont rebattu les cartes du marché immobilier. Les Français recherchent plus de superficie, plus de calme et plus de vert. En clair, leur recherche s’est orientée massivement à partir du printemps 2020 vers des biens plus grands, disposant d’un accès extérieur (jardin ou terrasse) et dans une moindre mesure vers des zones moins densément peuplées. Dans ce contexte, la région Normandie a gagné des parts de marché et a plus que confirmé le dynamisme des transactions déjà observé en 2019.

Une tendance de fond

Le pourcentage d’investisseurs franciliens dans les départements normands a augmenté : 22% d’acquisitions dans l’Eure et 21% dans l’Orne (+ 6 points chacun) d’après les statistiques du site de Particulier à particulier pour 2020. Qu’il s’agisse d’investir dans une résidence secondaire ou de localiser sa résidence principale à quelque encablure de Paris et du Havre, la Normandie a de beaux atouts à faire valoir.

La tendance des franciliens à s’installer dans des petites villes côtières pour y télétravailler constitue d’ailleurs un phénomène émergent depuis plusieurs années. Les municipalités surfent sur cette nouvelle tendance. Dans le Calvados, la mairie de Trouville-sur-mer a ainsi lancé la campagne  « Changer de Vie » et créé en 2019 un site internet jeminstalleatrouville.fr en partenariat avec la plateforme de coworking Work in Trouville pour accueillir ces citadins attirés par l’appel du littoral.

Une demande en forte hausse

Premier constat : en 2020, la demande est en hausse sur ce marché. Pour citer quelques chiffres de décembre 2020, d’après la plateforme SeLoger, la demande a augmenté de 64% au Havre, 69% à Caen 40% à Rouen, sur 12 mois. Ce constat est généralisé ; on observe la même tendance, sur les côtes avec une augmentation de la demande de 63% à Étretat ou dans la campagne normande avec un bond de 78% à Giverny.

Le phénomène est d’autant plus marqué qu’on assiste à une raréfaction de l’offre, particulièrement sur les côtes. La demande a augmenté de 53% à Deauville, alors que l’offre baissait de 29%. À Dieppe, elle a augmenté de 66% alors que l’offre baissait de 41%.

Et les prix ?

Dans cette situation de déséquilibre entre offre et demande, les prix montent. Au Havre, le prix moyen au m2 est de 2.226 euros, avec une augmentation constatée de plus de 9,7% sur un an. Même tendance à la hausse sur l’ensemble du territoire. Dans les grandes villes normandes, les prix moyens affichés restent généralement dans la fourchette de 1.500 à 2.500 euros. À Evreux, les biens affichent 1.551 euros au m2. À Cherbourg, les enchères montent à 2.008 euros de prix moyen au m2. Les biens s’envolent autour de 2.570 euros de prix moyen au m2 à Rouen et jusqu’à 2.626 euros de prix moyen au m2 pour Caen, d’après les derniers chiffres de SeLoger.

Dans les zones côtières, les prix recensés sont bien supérieurs : 5.286 euros au m2, en moyenne pour la localité très prisée de Deauville en décembre 2020 d’après la plateforme LaCoteImmo, des prix nettement plus élevés que la moyenne observée dans le Calvados : 2482 euros le m2.

La rédaction

Voir tous ses articles

Immobilier

SCPI

Les Sociétés Civiles de Placement Immobilier (SCPI) sont des sociétés d’investissements collectifs ayant pour objet l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif grâce à l’émission de parts pour le public. L’objectif premier de l’investisseur en parts de ce type de société est d’effectuer un placement proche de celui qu’il ferait dans la « pierre […]

Actus

Lire la suite